1889 – 1913 : Ecole Ozanam

FRÉDÉRIC OZANAM

En 1830, professeur à la Sorbonne, à Paris, il cherchait à vivre sa foi dans ses paroles et dans ses actes. Encouragé à cette époque par Sœur Rosalie, il disait : « La charité ne suffit pas, elle soigne les plaies, mais il faut aussi agir pour la justice, afin d’éviter ces misères dans la société. » Il organisa des groupes de chrétiens pour visiter les gens seuls, oubliés et leur redonner l’espérance. Ces groupes se sont multipliés, aujourd’hui, sous le nom de Société de St-Vincent de Paul.

ÉCOLE POUR LES GARÇONS

L’Ecole OZANAM est établie au Château d’Asnières, sur les bords de la Seine, au milieu de la verdure et des fleurs. Ses cours, taillées dans un parc immense, ses beaux arbres, ses salles d’étude, ses classes et ses dortoirs spacieux, en font un établissement de premier ordre.

EDUCATION :

L’Ecole OZANAM est dirigée par des prêtres depuis longtemps voués à l’œuvre de l’éducation. La discipline y est ferme, mais très douce. Il est sévèrement interdit à quiconque d’y exercer quelque autorité, de traiter les enfants avec rigueur. L’expérience démontre chaque jour que les punitions exaspèrent au lieu de corriger et qu’à l’exception de quelques natures dépravées, bien rares, les enfants cèdent toujours lorsqu’on parle à leur cœur.

La Direction de l’Ecole OZANAM veille à ce que tous les élèves accomplissent régulièrement leurs devoirs religieux. Elle ne néglige aucun des moyens qui peuvent développer dans leur âme l’amour de Dieu et de leurs parents.

INSTRUCTION :

L’Ecole OZANAM n’emploie que des professeurs dont les aptitudes en matière d’enseignement ont reçu la double consécration des titres universitaires et du succès.

Le contrôle incessant du Préfet des Etudes y tient toujours en éveil le zèle des maîtres et l’émulation des élèves.

Des examens hebdomadaires y sont subis dans toutes les classes. Ces examens ressemblent absolument à ceux des Facultés de l’Etat et par la nature des sujets écrits et par la forme des questions orale. De sorte que les élèves, préparés de longue main à aborder les épreuves d’où leur avenir dépend, n’aient pas à redouter la surprise et l’intimidation. Le résultat de ces examens est communiqué aux familles par un bulletin.

HYGIÈNE :

Dans les villes, les Collèges sont divisés en petites pièces, mal aérées, noires. De grands murs les entourent et leur donnent l’aspect de prisons.La Direction de l’Ecole OZANAM a pensé qu’il fallait rompre avec la routine et donner aux enfants de l’air et de l’espace.

Toutes les pièces du Château d’Asnières ont une moyenne de 5 mètres d’élévation et sont percées de nombreuses et larges ouvertures. Les cours de récréation sont vastes et ombragées. A partir du printemps jusqu’aux grandes vacances, le parc, tout entier, de 12 000 mètres carrés de superficie, est lis à la disposition des élèves.

L’Economat de l’Ecole OZANAM met le plus grand soin à choisir et à varier les aliments. Indépendamment de ceux que désigne la carte, le chef a ordre, sur simple désir justifié, de préparer aux élèves ceux qui leur conviennent le mieux.

Le Château d’Asnières est éclairé à la lumière électrique. Par une disposition spéciale, les lampes où elle se dégage, en empêchent l’intermittence habituelle; de sorte que les yeux la supportent sans la moindre fatigue.

Il y a, au Château d’Asnières une salle de Bains installée avec tout le confort moderne : appareils à douches verticales et circulaires, chauffoirs pour le linge, …

Le climat d’Asnières est réputé excellent. C’est la seule ville de la banlieue que, depuis la guerre, l’épidémie n’ait pas visitée.

FACILITES DE COMMUNICATION :

Le parcours de Paris à Asnières, en chemin de fer, dure quelques minutes. Il y a des tains tous les quarts-d’heure. Près de l’Ecole se trouve la station des tramways d’Asnières au boulevard Haussmann (30 minute). La tête de ligne des tramways-Nord, de la Madeleine à Levallois, est située à quelques pas du pont. De sorte que les enfants habitant dans un rayon d’un kilomètre autour de la gare  Saint-Lazare, peuvent être rendus à l’Ecole en moins de 30 minutes.

TROUSSEAU :

Tous les élèves sont tenus de porter l’uniforme de l’Ecole. (Le type en est déposé dans les bureaux de l’Economat).

Le trousseau obligatoire se compose de :

–  12 chemises de jour
–  4 chemises de nuit
–  12 serviettes éponges
–  12 serviettes de table
–  12 mouchoirs
–  2 costumes de travail
–  2 pantalons
–  1 gilet
–  1 blouse marine
–  2 casquettes
–  2 cravates
–  3 paires de souliers
–  1 couvert et une timbale d’argent ou de ruolz
–  2 paires de draps
–  4 taies d’oreillers

N.B. – Lorsque les élèves quittent l’établissement, ils y laissent 1 paire de draps et 6 serviettes pour le service de l’infirmerie.